Archives de
Auteur : Sanctuaire

“A chaque fois que nous fêtons Marie, c’est une fête de famille”

“A chaque fois que nous fêtons Marie, c’est une fête de famille”

Article paru sur le site du diocèse de Bordeaux

« À chaque fois que nous fêtons Marie, c’est une fête de famille ! » Ces mots de Mgr Jean-Paul James, qui préside la célébration, correspondent bien à l’ambiance du jour. C’est en famille que les fidèles ont descendu le chemin d’herbe qui mène au parc situé en contre-bas du sanctuaire marial de Verdelais. Ce dimanche 6 septembre, à deux jours de la fête de la Nativité de la Vierge Marie, on fête ici Notre-Dame de Verdelais, « consolatrice des affligés ». Un vocable et un sanctuaire qui remonte au XXIIème siècle.

Prévue initialement dans la basilique, la célébration a finalement lieu en plein air, du fait de la circulation active de la Covid-19 en Gironde. Fête annuelle, c’est pourtant la première fois qu’elle revêt un caractère diocésain en y associant spécifiquement les familles, pour confier à Marie et à Jésus l’année qui s’ouvre avec la rentrée scolaire. Devant l’autel aménagé sur les marches en béton, joliment habillées de jeunes arbustes et de fleurs, quelques 200 personnes se sont rassemblées pour la messe. « Chaque année nous célébrons la Nativité de Marie le 8 septembre et, le dimanche précédent cette fête, nous célébrons Notre-Dame de Verdelais », rappelle le P. Jean-Christophe Slaiher, recteur du sanctuaire de Verdelais et vicaire général des Terres de Gironde. « Cette année, je me suis demandé si cela était réservé à la seule communauté paroissiale, aux habitués de ce sanctuaire qui est diocésain, ou si nous pouvions élargir les invitations. Nous avons donc échangé avec le Conseil épiscopal et avec la Pastorale familiale pour donner à ce rendez-vous une dimension diocésaine. Cette première rencontre reste modeste, mais je vois beaucoup de familles touchées par ce lieu et qui expriment le désir d’y revenir. »

Une initiative à renouveler !

Parmi les fidèles présents, Loïc et Patricia de Chamiso sont à la fois participants et co-organisateurs de cette rencontre. Membres de l’équipe diocésaine de la Pastorale familiale, ils ont répondu avec joie à l’invitation du P. Jean-Christophe Slaiher pour organiser un événement associant toutes les familles du diocèse de Bordeaux. « C’est une première expérience qui nous semble très intéressante, partage Patricia de Chamiso. Ce lieu très agréable se prête tout à fait à l’accueil d’un grand nombre de familles, avec pourquoi pas un pèlerinage menant jusqu’au sanctuaire. Cela pourrait devenir un événement récurrent en début d’année scolaire. »

Au cours de son homélie, Mgr Jean-Paul James, archevêque de Bordeaux, invite les membres de l’assemblée à être fidèles à Dieu à l’image de Marie, « avec d’abord une volonté joyeuse de nous engager comme chrétien pour l’année qui commence ». « Il faut aussi réalimenter le feu de l’amour régulièrement, en ne restant pas seul. Un couple isolé, une famille isolée ou un chrétien isolé sont en danger. Ne jouons pas aux héros, car sommes fragiles et avons besoin de réalimenter l’amour à la source qu’est l’Eucharistie. »

Après la messe, un pique-nique en extérieur permet aux familles et aux membres des diverses paroisses venus ici de faire connaissance et échanger des nouvelles. Puis une bénédiction des familles est proposée par Mgr Jean-Paul James et Mgr Bertrand Lacombe, évêque auxiliaire du diocèse de Bordeaux. Après quoi, les fidèles confient à la Vierge, seuls, en couple ou en famille, une intention de prière pour l’année à venir et un « merci ». Des actions de grâce à « Marie, consolatrice des affligés », régulièrement renouvelées ici, comme en témoignent les nombreux ex-voto visibles dans la basilique. « Même si le terme d’affliction parle moins à nos contemporains, celui de Marie comme une mère qui console ses enfants nous touche toutes et tous », constate le P. Jean-Christophe Slaiher. « Toute personne connaît des combats, des blessures et a besoin de cette consolation qui vient d’en haut. »

Fête du 15 Août l’Assomption et Forum des jeunes du Sud-ouest

Fête du 15 Août l’Assomption et Forum des jeunes du Sud-ouest

Messe présidée par Monseigneur Bertrand Lacombe avec les jeunes participants à la session de la Communauté de l’Emmanuel de Bordeaux au Sanctuaire Notre Dame de Verdelais du 14 au 17 Août 2020

Lundi 17 août messe célébrée par Monseigneur Jean-Paul James pour la clôture du forum des Jeunes du Sud-ouest avec la Communauté de l’Emmanuel

Forum des Jeunes du Sud-ouest au Sanctuaire Notre Dame de Verdelais

Fête de Notre Dame de Verdelais dimanche 6 septembre

Fête de Notre Dame de Verdelais dimanche 6 septembre

Le Sanctuaire de Verdelais et la Pastorale Familiale du diocèse de Bordeaux invitent toutes les communautés paroissiales et toutes les familles en contact avec les mouvements de la Pastorale Familiale, à la messe de 11 h, le dimanche 6 septembre 2020, à l’occasion de la Fête de Notre Dame de Verdelais et de la Nativité de la Vierge Marie.

Cette messe sera présidée par Mgr Jean-Paul James. Elle sera suivie d’un pique-nique tiré du sac, puis d’une bénédiction et d’une consécration des familles.

Ce sera l’occasion de confier cette nouvelle année à Marie.

Horaires des messes

Horaires des messes

Mardi et jeudi: Messe à 8h

Mercredi et vendredi: Messe à 18h

Samedi et dimanche: Messe à 11h

Adoration Eucharistique le jeudi de 19h à 20h

Confessions jeudi de 19h à 20h et le samedi de 15h à 16h.

Conformément aux préconisations pour les cérémonies cultuelles, les dispositions suivantes doivent être respectées :

  • le port du masque est obligatoire
  • une désinfection obligatoire des mains est organisée au moment de l’entrée et de la sortie de l’édifice. Pour ce faire du gel est mis à disposition.
  • La distance de sécurité d’un mètre entre personnes de plus de 11 ans doit être respectée.
Homélie de Monseigneur James pour son installation

Homélie de Monseigneur James pour son installation


Homélie prononcée par Mgr Jean-Paul James, archevêque de Bordeaux, au cours de la messe de son installation, en la cathédrale Saint-André, le dimanche 26 janvier 2020.

La scène ne se passe pas sur les bords du lac de Tibériade, mais sur les rives de la Garonne. Une foule nombreuse est là, un homme reçoit une mission. Il demande de l’aide à St André : c’est le nouvel évêque. Et St André, patron du diocèse, le conduit là où tout a commencé. Il lui parle de la joie d’un appel, joie d’une mission, joie d’une fraternité nouvelle.

Joie d’un appel

Oui, joie d’un appel ! Jésus commence sa mission et choisit de sortir de Nazareth pour Capharnaüm. Pourquoi cette attitude ? Jésus cherche le contact. A Capharnaüm, il y a du monde, des commerçants, des caravanes. C’est là que Jésus se tient. Il aime être là où sont les hommes. Voilà notre Dieu ! Il aime entrer en relation. Il aime à se faire proche, il rejoint les gens sur leur lieu de travail. C’est là qu’il rencontre Simon et André et les appelle : venez à ma suite ! Joie du disciple, notre joie d’être appelés ! Quelqu’un s’adresse à nous ! C’est une Bonne Nouvelle : nous ne sommes pas seuls à devoir gérer notre existence, seuls devant la complexité du monde ! Quelqu’un nous appelle, nous reconnait et nous aime ! Plus que cela : notre Dieu nous parle ; Il nous parle par la beauté des paysages (rappelez-vous chers scouts certains camps !), Il nous parle par les textes que nous méditons dans l’Eglise. « Venez à ma suite » : combien de personnes ont changé de vie à cause de ces quelques mots de Jésus ! Il nous parle par des amis, une personne âgée visitée : n’est-ce pas votre expérience, chers membres du service évangélique des malades ou hospitaliers bordelais. Oui, il nous parle ! C’est le dimanche de la Parole de Dieu. Nous avons raison de l’acclamer : Sa Parole est lumière, tendresse, sagesse, Sa Parole est vivante ! Le jour de son ordination, on place au-dessus de la tête de l’évêque, l’Evangéliaire ouvert. Alors que l’appel retentit pour moi de « quitter les rivages de la Loire pour ceux de la Gironde » comme me l’écrit le Pape François, je me rappelle ce geste de mon ordination épiscopale et vous demande de prier pour que la Parole de Dieu imprègne ma vie, mon ministère et la vie des chrétiens de Gironde ! Nous ne pouvons pas évangéliser, sans avoir accueilli la Parole de Dieu. Madeleine Delbrel, assistante sociale, grande croyante au milieu de banlieues déchristianisées écrivait : « On ne peut être missionnaire sans avoir fait en soi cet accueil franc, large, cordial à la Parole de Dieu, à l’Evangile. Cette Parole, sa tendance vivante est de se faire chair en nous»

Joie d’une mission

Oui, joie d’un appel reçu du Seigneur, joie d’une mission. Venez à ma suite et je vous ferai pêcheurs d’hommes. Qu’est-ce que cela veut dire ? D’abord que Jésus nous associe à sa mission ; il fait à des gens ordinaires ( pas à des héros ! ) l’honneur d’y être associés. Quelle confiance Il a à notre égard !

André, Simon, Jacques, Jean, des marins-pêcheurs, seront pêcheurs d’hommes. Tirer des hommes de la mer, c’est les empêcher de se noyer ; c’est les sauver. Le Christ nous associe à sa mission de libérer, guérir, remettre debout. Et comment ? par une visite, une rencontre, une aide. Mission éducative, mission caritative et de solidarité, mission de dialogue et d’annonce de l’Evangile, exercées par tant de personnes ici depuis Domitia, au 3ème siècle, premier nom chrétien connu ici, depuis St Delphin et St Seurin, Ste Jeanne de Lestonnac, St Louis Beaulieu et le bienheureux Père Lataste et tant d’autres. Tous, ils ont travaillé à l’oeuvre de Dieu, nous leur sommes redevables. Ils ont lu les mêmes textes d’Ecriture ; ils ont essayé de les vivre. Je pense aussi au Cardinal Ricard, à qui je veux dire ma reconnaissance : il a conduit, avec ses collaborateurs, le travail important du synode diocésain ; nous continuerons à le mettre en oeuvre. Oui, joie d’une mission ! Nous sommes tous envoyés ! Le Pape François ne cesse de le répéter : « sortons, sortons pour offrir à tous la vie de Jésus-Christ » ( n° 49 de la joie de l’Evangile ). Mais jamais seul ! C’est la joie de la fraternité !

Joie d’une fraternité nouvelle

Venez à ma suite ! Venez : André n’est pas appelé seul, mais avec Simon-Pierre, Jacques et Jean. Oh il y a des difficultés, des conflits parfois entre eux, Saint Paul s’en fait l’écho ; mais des communautés naissent, des fraternités en Christ, à Antioche, à Rome et ailleurs.. Aujourd’hui, en Gironde, certains osent proposer à leurs voisins ou amis des rencontres toutes simples de partage fraternel, qui pourront aller jusqu’au partage de la Parole de Dieu et se multiplient ainsi des « fraternités chrétiennes », évoquées par notre synode. A la suite de St André, le plus relationnel de tous les apôtres, osons ! Surtout, ne disons pas : je ne sais pas, je ne saurai pas, il me faudrait un animateur… Disons plutôt : « Tout est possible à Dieu, je suis baptisé(e), je suis animé(e) par l’Esprit Saint. » Et allons-y !

Alors, frères et sœurs, c’est bien clair après avoir entendu ces textes : nous ne sommes pas venus voir à quoi ressemble le nouvel archevêque de Bordeaux, quelle est sa tête ou son style ! Mais avec lui, en priant pour lui, nous entendons et avec joie, le même appel de Jésus :

Venez à ma suite, nous dit Jésus, vous évêques prêtres, diacres, séminaristes, consacrés, laïcs missionnés et engagés dans l’Eglise, fidèles de tous horizons, venez à ma suite pour annoncer l’Evangile !

Venez à ma suite, vous les enfants, jeunes ou adultes, pour prendre votre place dans ce Corps qu’est l’Eglise. C’est une joie d’être appelé par le Seigneur, pour le mariage, la prêtrise ou la vie religieuse !

Oui, Eglise qui est à Bordeaux, réjouis-toi, dans cette eucharistie, sois heureuse, d’être appelée, envoyée par ton Seigneur et de vivre la fraternité, pour la gloire de Dieu et le salut du monde. Amen

+ Jean-Paul James

Archevêque de Bordeaux, Évêque de Bazas